Techniques et entretien

Les sujets traités dans cette page sont les suivants :

L’entretien du saxophone

Le choix des anches

Le choix d’un bec de saxophone

___________________________________________________

L’entretien du saxophone

L’hygiène :

Pour une question d’hygiène mais aussi pour garder son instrument en bonne condition plus longtemps, il est important d’en prendre soin en le nettoyant après chaque usage. Prendre le temps d’essuyer l’intérieur et l’extérieur de l’instrument correctement avec un chiffon doux ou se servir d’un écouvillon. Il est conseillé d’enlever l’anche et de la placer elle aussi dans son étui ou encore dans un protège anches (Reed Guard) après l’avoir passée à l’eau tiède. Ne pas oublier également de nettoyer le bec à l’eau tiède et de l’essuyer avant de le placer dans son étui.

Les bosses sur l’instrument :

Il est recommandé de faire attention de ne pas bosser l’instrument. Peu importe la partie de l’instrument, que ce soit le corps, le bocal, la culasse ou le pavillon de l’instrument, le fait que l’une ou l’autre de ces parties soient bossées aura comme conséquence de provoquer des fuites entre les cheminées et les tampons et par le fait même causer des problèmes d’émission du son. Quand vous déposez votre l’instrument sur une table ou autre support, toujours le placer délicatement du côté des gardes du Sib et Si grave. Ne jamais le déposer du côté clavier (petit doigt de la main gauche). Ce qui est encore mieux est de se procurer un trépied conçu expressément pour les saxophones.

Les étuis de saxophone :

Il existe plusieurs sortes d’étuis sur le marché aujourd’hui et on a souvent tendance à se procurer ceux qui sont moulés avec une courroie pour le transport. Si c’est le cas, il est important de vérifier si l’intérieur du boitier est adapté à votre saxophone. Le cas contraire pourrait causer à la longue des problèmes techniques tels : la déformation de clés ou défaut de bouchage. Également, on ne devrait pas laisser l’instrument trop longtemps dans son étui fermé. L’humidité entraînera le gonflement des tampons et une détérioration du vernis de l’instrument.

Le bocal et le bec :

A la fin de chaque séance de jeu à l’instrument, le bec et le bocal devraient être séparés et essuyés avec un écouvillon de bec/bocal. Il est recommandé aussi d’utiliser de la graisse à l’occasion pour faciliter la pause et le retrait du bec sur le bocal.

Le nettoyage du bec :

Le nettoyage du bec de saxophone devrait se faire, pour un bec en ébonite ou en métal, en le passant à l’eau froide ou tiède et en le frottant délicatement. Ne pas ajouter de solvant ou de savon liquide. Éviter spécialement l’eau chaude pour les becs en ébonite. Ceci contribuera à altérer la couleur du matériau avec le temps et de modifier son apparence. Pour ce qui est des becs en bois, bien les assécher et les laisser un peu à l’air libre avant de les placer dans l’étui du saxophone. Il est bien de se procurer une petite brosse en tissus montée sur une tige de métal. Celle-ci est particulièrement utile pour frotter l’intérieur du bec dans le but de l’assécher.

Le saxophone (Le corps de l’instrument) :

Afin d’éviter toute oxydation, il est fortement recommandé d’essuyer l’intérieur du saxophone à la fin de chaque séance de travail en se servant d’un écouvillon. Ceci évitera également que l’humidité se loge sur les parois des cheminées et que le surplus se dépose sur les tampons qui sècheront avec le temps. Ceci causera inévitablement des fuites et des problèmes de bouchage. Pour les mêmes raisons, il est déconseillé de laisser un écouvillon humide à l’intérieur du tube de l’instrument.  Essuyer régulièrement l’extérieur du saxophone avec un chiffon doux et ne jamais utiliser des solvants.

Dans le but de conserver l’empreinte des tampons sur les cheminées, les clés ouvertes peuvent être calées pour le transport de l’instrument dans son étui. Il existe plusieurs dispositifs sur le marché pour toutes les marques et les modèles de saxophones. Ces accessoires ne sont pas obligatoires mais contribuent à garder l’instrument en meilleure condition.

Huilage et graissage de l’instrument :

Avec le temps et la pratique instrumentale, l’instrument fini par se dérégler et laisse entendre toutes sortes de petits bruits indésirables. En effet, les tiges de métal qui permettent de faire l’action aux différents plateaux des tampons se désajustent ou encore usent avec le temps. Pour celles qui contiennent une longue tige de métal, il est possible soit de les huiler avec une petite huile claire ou encore de les graisser. Il est possible aussi de faire de même avec les rouleaux que l’on retrouvent sur les clés de Mib et Do grave, ainsi que ceux des clés du Si, Do# et Sib graves. Ce petit entretien qui n’est pas trop compliqué et facile à faire permet sans trop de difficulté de rendre l’instrument moins bruyant. Pour ce qui est des ajustements qui demandent plus de précision, il est fortement recommandé de consulter un luthier en vent qui saura vous conseiller et faire les réglages appropriés. Quand c’est le cas, prenez rendez-vous et noter sur papier tous les petits problèmes ou les anomalies qu’il y a sur votre saxophone. Ceci facilitera la tâche au luthier qui aura sans doute les solutions à apporter pour faire les correctifs nécessaires.

Haut de page

Choisir des anches ça sert à quoi ?

Bonne anche bon son, mauvaise anche mauvais son, et pas d’anche… pas de son ! Cette phrase peut paraître ridicule mais c’est quand même la réalité. Essayez un instant de jouer de votre instrument si vous n’avez pas d’anches, c’est impossible. Vous ne réussirez pas à faire entendre le timbre de l’instrument et il n’y aura que de l’air qui sortira de l’instrument. Donc ce petit morceau de bois que l’on appelle l’anche et qui est fait de roseau, est celui qui nous donnera une voix et qui nous fera vibrer c’est le cas de le dire ! Il est absolument essentiel de savoir choisir une bonne anche pour accomplir les activités musicales que nous voulons faire. Que ce soit pour pratiquer seul dans notre local ou pour jouer en concert, nous recherchons en général une anche qui nous permettra d’exprimer toutes les exigences de la partition. Il y a un mot qui rassemble toutes ces idées, c’est le mot « CONFORT ». Quand nous travaillons l’instrument, nous mettons beaucoup d’heures pour progresser et améliorer notre jeu. Avec le temps et avec un travail assidu, nous améliorons notre jeu et devenons plus habile. L’anche que nous utilisons elle, fera le cheminement inverse. C’est-à-dire, qu’avec le temps, elle se dégradera et ne fera que nuire à notre travail. Elle ne nous fera pas régresser dans notre travail mais elle nuira grandement à contrôler les nuances, les fins de phrases, les détachés et le timbre qu’elle produira sera lui aussi changé. Elle refusera de vibrer et d’émettre le son éventuellement. Il faut comprendre que l’anche est faite de bois et que ce matériau est constitué de fibre. Ces mêmes fibres se cassent avec le temps et l’humidité puis elles finissent par ne plus répondre à l’émission du son. Il nous faut donc la changer. Nous devons alors procéder à une séance d’essayage d’une ou de plusieurs anches. La meilleure façon de faire est de comparer les anches entre elles. Ce que nous recherchons est  « le CONFORT » . Exemple :

Se poser les questions suivantes : Quand je joue, le timbre est confortable à mon oreille et le son n’est pas trop venteux. Il est confortable de jouer à plusieurs nuances et ceci dans tout le registre de l’instrument. L’anche ne pose pas trop de difficultés à émettre le son. Les détachés sont faciles à exécuter avec l’anche. Pour constater ce qui vient d’être énuméré, il est bien de jouer des gammes, des parties d’études ou de pièces que nous travaillons pour éprouver la nouvelle anche. C’est par la comparaison que nous pourrons nous faire une meilleure idée sur celle que nous choisirons pour jouer ou pratiquer. Dans une boîte il y a généralement dix anches de la même force. En principe, si l’on a choisi de jouer avec des anches de force 3, toutes celles de la boîte devraient donner le même résultat. Cependant il est faux de croire à cette idée puisque les anches ne sont pas toutes constituées du même nombre de fibres et ne répondent pas toutes de la même manière à la vibration et par le fait même à l’émission du son. En les enlignant les unes à côté des autres sur une table, puis en les jouant à tour de rôle, nous allons percevoir des qualités chez quelques unes qui sont différentes chez les autres. Notre choix sera celui de l’anche qui offrira le plus de « CONFORT » et de contrôle sur le son du saxophone. Une anche trop dure pourra être grattée tandis qu’une anche trop faible pourra être coupée avec un coupe-anche. Le fait aussi de placer nos meilleures anches dans un protège-anche (Reed Guard), aidera grandement à les conserver plus longtemps. Ce sont de petits accessoires très utiles pour tous saxophonistes. Il faut enfin comprendre que le choix des becs de saxophone est aussi important selon le style de musique que nous jouons et le timbre que nous désirons avoir à l’instrument.  En jazz par exemple, nous jouons souvent avec des instruments à forte dynamique comme la batterie, et d’autres qui sont amplifiés. Nous rechercherons probablement un bec qui offre plus de volume à l’instrument et qui aura probablement une ouverture plus grande. Le choix du bec peu aussi beaucoup influencer la sonorité de l’instrument. Il faut en essayer pour comparer. Finalement, une anche choisie avec un bec de saxophone ne donnera pas le même résultat si vous changer de bec. Surtout si celui-ci est d’ouverture et de coupe différente.

Haut de page

Comment choisir un bec de saxophone ?

becsdesaxophone2

Cette pièce d’apparence plutôt simple est un élément qui est très important pour le saxophoniste. C’est le bec qui déterminera le timbre et la puissance du son. Il détermine également la qualité des attaques et de l’intonation, ainsi que la rondeur et la projection du son. Un bec bien choisi  sera celui qui facilitera l’émission du son et sera confortable pour l’interprète qui l’utilise. Donc le choix d’un bon bec de saxophone est essentiel autant pour le professionnel que pour le débutant. À l’origine, le bec de saxo était en buis ou en cormier. On le retrouvait plus rarement en palissandre ou en ébène. Aujourd’hui trois types de matériaux sont utilisés pour la fabrication des becs de saxophone. Il y a des becs fabriqués en ÉBONITE, en BOIS et en MÉTAL.

L’ébonite :

C’est à partir de 1850 que l’on utilise un nouveau matériau qui est un composant du caoutchouc durci par vulcanisation. Il s’agit d’un procédé où le matériau est exposé à des vapeurs de soufre. Ce matériau est plus stable et moins sensible aux changements à l’humidité. L’ébonite a pour qualité première de ne pas se déformer ou très peu avec le temps. Dépendamment de chaque musicien pour qui le matériau en bouche a une importance sur le confort, on pourrait qualifier l’ébonite comme une matière qui est agréable en bouche. Par contre, il faut faire attention de ne pas l’échapper sur une surface dure puisque le bec aura tendance à casser.

Le métal :

Il va sans dire que le métal utilisé pour les becs de saxophone ne rouillera pas avec le temps. On retrouvera soit le stainless, le nickel ou le bronze. Il y a des modèles qui sont plutôt argentés et d’autres de couleur or. Le choix de l’un ou l’autre relève plutôt de l’esthétisme et n’a pas vraiment d’incidence sur le son. Le plupart ont la mentonnière recouverte d’un petit morceau de caoutchouc durci pour un meilleur confort des dents supérieures. Comme pour l’ébonite, le son n’est pas vraiment influencé par l’humidité ou la chaleur du souffle de l’instrumentiste qui joue.

Le bois :

Le bois qui est utilisé pour les becs en général est l’ébène. Un bois très dur. C’est un matériau qui offre du confort en bouche et qui offre une sonorité particulière à l’instrument ( on parle souvent d’un son « flûté »). Par contre il faut dire qu’il est capricieux et l’émission du son peut être difficile selon l’humidité et la chaleur parfois.

Peu importe le matériau ou la marque choisie, il faut savoir que le plus important est que chaque modèle de bec a une codification spécifique et que celle-ci a une influence sur la qualité acoustique. Également, il faut savoir que les différentes parties du bec qui sont la chambre, l’ouverture, la table et le plafond, offrent des caractéristiques physiques à chaque type de bec utilisé. Jumelées aux composantes musicales et acoustiques qui sont le timbre, la justesse, le volume et la rondeur entre autre, ces caractéristiques seront d’une importance capitale sur le choix d’un bec de saxophone. Le choix d’un bec est personnel et il sera guidé la plupart du temps par le type de musique que l’on joue. Une autre raison qui nous fera choisir un bec plutôt qu’un autre est le confort. En effet, dépendamment de notre constitution au niveau de la bouche, des lèvres et de la dentition entre autre, il y a des modèles qui nous semblerons plus confortables que d’autres. C’est également pour ces raisons que les fabricants offrent autant de modèles. Il faut également penser que lorsque l’on veut essayer des becs, on doit se munir de quelques  anches de forces différentes, (faibles, moyennes, et fortes) que l’on connaît et que l’on a déjà éprouvées sur un autre bec. En effet, le fait de changer de modèle et de caractéristiques de bec nous obligera à adapter l’anche à ce nouveau bec et non l’inverse. On ne cherchera pas nécessairement pas à faire un choix sur le bec qui est le plus facile à jouer mais plutôt sur celui qui offre le meilleur contrôle sur la vibration de l’anche et ceci, sur toute l’étendue de l’instrument dans toutes les dynamiques possibles.

Autres observations importantes  : Quand vient le temps de choisir un bec de saxophone ou une anche avec un type de bec qui nous intéresse, il est primordial de faire un lien entre l’anche et le bec.  Disons que pour une même ouverture, il y a deux possibilités qui sont : A) Si la table du bec est longue, l’anche devrait être plus forte. B) Si la table est courte, l’anche devrait être plus faible.

De même, il faudra penser que pour une même longueur de table, pour un bec plus ouvert, l’anche devrait être plus faible. Pour un bec plus fermé, l’anche devrait être plus forte. Ces observations devraient donc nous guider dans notre choix peu importe le style de musique que l’on joue.

Source : site Selmer

Pour ceux qui sont moins familiers avec les marques de becs de saxophones, disons que certaines marques reviennent plus souvent que d’autres. On peut penser à Selmer, Vandoren, Otto Link, Meyer, Bari, Ponzol, Berg Larsen.

Vous pourrez en découvrir d’autres en allant sur le site de Mouthpiece muséum.  Site intéressant dont le seul sujet traite des becs de saxophone. Tous les types de becs et toutes les marques sont répertoriées et on y donne les spécificités de chaque marques et modèles. (site en anglais cependant !)

Site :  Saxophone Mouthpiece museum

Haut de page

Les commentaires sont fermés.